13/11/2009

A méditer

Quand ils sont venus arrêter un juif
Je me suis dit : "un juif de plus ou de moins, il n'y a pas de quoi s'inquiéter".

Quand ils sont venus arrêter un catholique
Je me suis dit : "un catholique de plus ou de moins, il n'y a pas de quoi s'inquiéter".

Quand ils sont venus arrêter un communiste
Je me suis dit : "un communiste de plus ou de moins, il n'y a pas de quoi s'inquiéter ".

Quand ils sont venus m'arrêter
Il n'y avait plus personne pour s'inquiéter.

Attribué à Berthold Brecht

18:13 Écrit par Eric Degransart dans A méditer | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

N'hésitez pas à venir vous inscrire et participer à notre nouveau forum de discussion !
Vous trouverez le lien en signature ;-)

Écrit par : Sébastien Strazzer | 14/11/2009

Les commentaires sont fermés.